Green City Solutions: C’est le CityTree qui cache la forêt

Posted on Posted in Uncategorized

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la pollution de l’air en milieu urbain cause le décès de 1,3 million de personnes chaque année. Et quand on sait que deux tiers de la population mondiale vivra dans les villes d’ici 2050, ce chiffre risque très fortement d’augmenter si rien n’est fait. Purifier l’air, c’est précisément la mission que s’est fixée la start-up allemande Green City Solutions, qui est parvenue à concentrer dans un mur végétal le pouvoir purifiant de 275 arbres.

 

À l’heure actuelle, ce n’est pas moins d’une vingtaine de villes à travers le monde, dont Bruxelles, Paris, Oslo et Hongkong, qui ont « planté » sur leurs trottoirs cette petite forêt, appelée CityTree. La solution que propose la jeune pousse se présente sous la forme d’un coffret, de quatre mètres sur trois, sur lequel est cultivée de la mousse végétale. Pourquoi la mousse ? Parce qu’elle « possède une plus grande surface foliaire que n’importe quelle autre plante. Ce qui nous permet de capturer une plus grande quantité d’agents polluants » explique Liang Wu, cofondateur de Green City Solutions. Le CityTree absorberait jusqu’à 250 grammes de matière particulaire, de dioxyde d’azote et d’ozone par jour, ce qui filtrerait 240 tonnes d’équivalents CO2 par an, selon les dires des fondateurs.

 

Et tout a été pensé pour que l’installation soit complètement écologique et autonome. Des panneaux solaires fournissent l’énergie nécessaire au fonctionnement du CityTree et les eaux pluviales sont récoltées dans un réservoir qui sert à alimenter le système d’irrigation et arroser la mousse. De plus, le mur est muni de capteurs de contamination capables d’analyser l’humidité du sol, la qualité de l’air ambiante et les performances du CityTree.

 

 

Mais, sachant que le mur végétal présente un rayon d’action de 50 mètres, est-ce vraiment efficace ? Interrogé par CNN, le professeur Gary Fuller du King’s College de Londres explique que le gaz d’échappement des voitures se disperse verticalement sur plusieurs kilomètres, soulignant ainsi la difficulté de faire en sorte que l’air contaminé entre en contact avec le CityTree. Mais c’est une question qui est bien connue de la start-up qui détermine avec grand soin l’emplacement idéal de chacune des installations. « Nous choisissons intentionnellement les endroits où l’on mesure une forte concentration en pollution, en raison de l’intensité du trafic routier et de la faiblesse du flux d’air. Un système de ventilation est actuellement en phase de test, afin de créer notre propre flux d’air et d’amener la pollution à l’arbre » avance Liang Wu. Et d’ajouter : « notre rêve est de créer une infrastructure climatique pour que nous soyons capables de réguler la composition de l’air et la température des villes ».

 

CityTree n’est pas une panacée. CityTree est une partie du remède qui, chaque jour, rend notre Planète bleue un peu plus verte.

 

 


Sources :
Green City Solutions : site Web & Twitter
This ‘tree’ has the environmental benefits of a forest, CNN, Chris GILES
High-tech CityTree cleans as much pollution as 275 trees, Tree Hugger, Kimberley MOK
CityTree: An Urban ‘organism’ That Purifies As Much Air As A Small Forest, Hexapolis, Dattatreya MANDAL

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *